15/06/2008

Tu sais l'ami

 

Tu sais mon ’ami…

 

Lorsque le mal t’atteint

et te blesse à en mourir…

Que tu cherches ta route dans le chagrin

et ne sait comment cela va finir…  

 

Quand tu n’en peux plus de lutter

et perds toute raison d’espérer…

Lorsque tu penses en finir avec la vie,

Ne veux même plus te confier à ton ami…                                         

Alors…

  Ecoute le chant de la pluie à ta fenêtre,

Vois le sourire de ce vieux hêtre… 

Entends l’oiseau qui t’appelle dans la lumière

Puise ta force dans la beauté de l’éclair…

Respire la fleur qui s’ouvre à l’aurore

Emplis-toi du calme de la clairière qui dort encore…

Accueille {lessence} de la vie…

 Parce que tu sais…

 

                      Toi !    

 

Tu es l’arbre qui renaît à l’aube d’un nouveau jour

et laisse , en bourrasque, s’envoler les feuilles de son passé

Tu es celui qui distille l’amour comme un troubadour

et traverse les saisons sur un pas cadencé

Tu es ce grand chêne aussi fort qu’il pardonne

      

alors que par tant de cœurs ton corps est blessé,

Tu es l’ami qui resplendit par tout ce qu’il donne

lorsque doucement tu viens nous bercer 

Du bout de tes branches tu illumines nos soirs de tristesse

quand avec le piano , simplement tu entonnes

ce chant si doux qui se termine avec allégresse

alors que chacun autour de toi s’abandonne                  

Brigitte Demets,  juillet 2004  

 

l'arbre

 

13:00 Écrit par Macedoine dans TEXTES / MUSIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.